L’Ile-Grande

Location Vacances Bretagne : les pieds dans l’eau à l’Ile-Grande tout près de Pleumeur-Bodou, Lannion, Ploumanach, Trébeurden, Trégastel, Perros-Guirec.

Découverte de l’Ile-Grande

Bien que située en dehors de Pleumeur-Bodou et plus proche de Trébeurden, L’Île-Grande y est rattachée. Mais l’Ile-Grande est en bord de mer, contrairement au bourg de rattachement. Elle est située entre Trébeurden et Trégastel, sur la route longeant le littoral – D788 – de Perros-Guirec à Trébeurden. Pour se rendre à l’Ile-Grande il faut bifurquer sur la rue de l’Ile-Grande au carrefour de Penvern.

L’archipel

L’Ile-Grande est entourée de petites îles et d’îlots dont l’ensemble constitue un archipel. C’est ce qui en fait un lieu privilégié car l’île Canton (appelée également Aganton), située en face du Dourlin à l’ouest de l’île (lieu de la location), représente une protection naturelle contre vents et marées :

L'archipel de l'Ile-Grande
L’archipel de l’Ile-Grande

Un peu d’histoire

L »île a été rattachée au continent en 1891, suite à la construction d’un pont que l’on doit à l’initiative d’Alexandre Godel. A cette époque moins d’une cinquantaine de maison étaient bâties et l’île comptait entre 150 et 200 habitants. Le pont fut ensuite reconstruit en 1946 puis en 1974.

L’économie locale prend son essor au milieu du 19ième siècle grâce à plusieurs carrières de granit dont l’exploitation s’intensifia. A cette époque le transport du granit extrait se faisait par mer et l’île comportait plus d’ouvriers que de pêcheurs et d’agriculteurs. L’île s’est développée de manière autonome par rapport au bourg de Pleumeur-Bodou de la fin du 19ième au milieu du 20ième siècle. Durant cette période, plusieurs fois, la question de l’autonomie par rapport à Pleumeur-Bodou s’est posée. Mais la République n’a jamais validé ce souhait malgré la volonté réitérée du Conseil Municipal.

L'église de l'Ile-Grande
L’église de l’Ile-Grande

Du côté religieux, l’ancienne Chapelle se voit remplacée par l’Eglise Saint-Marc dont la première pierre est posée le 6 juin 1909 et la bénédiction réalisée le 26 juin 1910 ; elle fut construite par les architectes Émile Genest et Claude-Joseph Lageat. Les autorités religieuses accordent le 12 décembre 1923 le statut de paroisse à l’Ile-Grande.

L’histoire de l’Ile-Grande est liée à ses fameux granites gris et bleus extraits des pointes nord-ouest de Toul ar Staon et Castel Erek, et du site de Runn al Lannou situé au nord et point culminant de l’île à 35 mètres. Au sud de la pointe rocheuse de Toul ar Staon, là où se trouve la station L.P.O. (Ligue Protectrice des Oiseaux) aujourd’hui, on trouve encore comme trace de ces exploitations des galets et des débris de carrières. À l’ouest, face à l’Île Agathon (ou île Canton) et au nord face à la haute mer, le rivage est très fortement entaillé de nombreuses excavations qui témoignent de l’intense exploitation du granite, de la fin du 19ème siècle à la fin des années 1940 :

Anciennes carrières de granite de l'Ile-Grande
Anciennes carrières de granite de l’Ile-Grande

Toutes ces exploitations de l’Ile-Grande sont réputées pour avoir produit non seulement des matériaux de construction et de voirie (bordures de trottoir en particulier) mais surtout une énorme quantité de pavés parmi lesquels les célèbres « pavés du Nord ».

Les premières habitations de l’île furent donc logiquement celles des ouvriers locaux travaillant dans les carrières, orientées vers le nord elles tournaient le dos aux vent dominants. Ces constructions étaient pour la plupart sur la route de Toul-ar-Staon et du port Saint-Sauveur. C’est après la seconde guerre mondiale que les constructions s’étendent vers le nord et l’est de l’Île-Grande.

Lors de la seconde guerre mondiale l’Ile-Grande a joué un rôle dans la résistance en organisant des liaisons maritimes rapides avec la Grande-Bretagne pour le réseau de renseignements « Alibi« . Pour l’anecdote on relèvera que le père de la chanteuse et actrice Jane Birkin, célèbre compagne de Serges Gainsbourg, a participé à ce réseau comme navigateur.

Après la guerre, dans les années 1950, l’économie locale c’est développée avec des emplois créés dans les marines nationale et marchande. Puis dans les années 1960 c’est le grand boum économique régional avec l’arrivée du Centre National d’Etude des Télécommunications (France Telecom R&D aujourd’hui) à Lannion, toute la région en profite, à commencer par Pleumeur-Bodou avec la construction du Radôme. A la même époque le tourisme estival se développe et permet à l’Ile-Grande de maintenir son activité économique et d’éviter la désertification.

Les habitant de l’île s’appellent les « île-Grandais » depuis la parution du texte officiel au J.O. du 1er décembre 1968. L’Ile-Grande est aujourd’hui réputée pour ses paysages, leur caractère sauvage et préservé. L’île est placée sous la surveillance du Conservatoire du Littoral, ses sites naturels comme la plage de galets, les marais et les dunes sont dorénavant sauvegardés. Une station de la Ligue Protectrice des Animaux y est installée, son travail de sauvegarde et protection des oiseaux est reconnu. La L.P.O. est en liaison vidéo permanente avec la réserve naturelle des 7 îles.

Pleumeur-Bodou

L’Ile-Grande est rattachée au bourg de Pleumeur-Bodou, tout comme Landrellec. Bien que situé dans les terres Pleumeur-Bodou ne manque pas d’intérêt ! Voici quelques lieux charmants ou originaux à y découvrir :

Menhir de Saint-Uzec
Menhir de Saint-Uzec

Le Menhir de Saint-Uzec est un mégalithe inhabituel car il a été christianisé (probablement au 17° siècle) et comporte des inscriptions gravées représentant la Passion du Christ surmontées d’une croix. Son dos est strié verticalement, ce qui fait penser à une mante de deuil (grand voile noir porté par les femmes en signe de deuil jusqu’au milieu du 20° siècle) ; et pour finir sa taille de 6-7 mètres en font un monument plutôt imposant. Vous le découvrirez en bifurquant à gauche à Penvern, sur la route de l’Ile-Grande à Pleumeur-Bodou.

Chapelle de Saint-Uzec
Chapelle de Saint-Uzec

Face au menhir se trouve la Chapelle de Saint-Uzec, datant des 15°-16° siècles, elle est bâtie sur un rocher. Pour les puristes sachez qu’elle est de style gothique régional à vaisseau unique construit en granite. Un escalier situé sur le rampant sud mène au clocher à 3 baies. Les portes en arc brisé sont surmontées d’une archivolte ornée de choux et couronnée d’un fleuron. En 1974 la foudre a partiellement détruit la Chapelle. Une fontaine jouxte la Chapelle ainsi qu’une croix en granite ornée d’un Christ érigée sur un socle de 3 marches au sud.

Château de Kerduel
Château de Kerduel

Le Château de Kerduel a été construit sur 3 époques : au XII° siècle ce n’était qu’une maison de maître protégée par un haut mur et des douves à laquelle la partie arrondie de la Chapelle et une Tour Carrée ont été adjointes. Puis la façade nord du château fut construite au XIV° siècle. Et seulement à la fin du XIX° siècle fut édifiée la grosse tour carrée à l’Ouest du Château. Cet étalement de l’édification dans le temps confère à ce château un caractère très particulier en raison du mélange des styles architecturaux.

Bois de Lann Ar Waremm
Bois de Lann Ar Waremm

Le bois de Lann ar Waremm est le plus grand bois du littoral des Côtes d’Armor avec 280 hectares de superficie. Les promenades et randonnées y revêtent un caractère parfois surprenant car vous pourrez y croiser renards et chevreuils tout en découvrant des essences d’arbres aussi nombreuses que variées. C’est un site naturel protégé !

Bien d’autres sites sont dignes d’intérêt à Pleumeur-Bodou : la chapelle Saint-Samson, le Village Gaulois et la Cité des Télécoms par exemple, avec son célèbre radôme :

Le village gaulois
Le village gaulois
Le radôme de la cité des télécoms
Le radôme et la cité des télécoms

Pour poursuivre votre visite de l’inventaire des sites remarquables autour de Pleumeur-Bodou vous pouvez visiter cette page sur le site du Ministère de la culture…